AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Une hirondelle ne fait pas le printemps

Aller en bas 
AuteurMessage
Corwin
Chaman
Chaman
Corwin

Masculin Messages: : 14045
Age : 1008
Lieu : En forêt d'Yveline
Inscrit le : 09/01/2006

Une hirondelle ne fait pas le printemps Empty
MessageSujet: Une hirondelle ne fait pas le printemps   Une hirondelle ne fait pas le printemps Icon_minitimeVen 13 Mai - 1:46

L'hirondelle rustique

Homme, cheval et hirondelle: une association de toujours!

La cohabitation de l'hirondelle rustique avec l'homme remonte à la préhistoire. L'Homo sapiens, en quête d'un abri, s'est installé dans les grottes où nichaient déjà nos hirondelles.
Plus tard, ce sont les hirondelles qui suivirent les hommes lorsque ceux-ci quittèrent les grottes pour construire leurs habitations, offrant aux hirondelles de nouveaux sites favorables de nidification dans les étables et les écuries.
En effet, en s'installant près du bétail (vaches ou chevaux), les hirondelles bénéficiaient d'emplacements sécurisés, la présence des hommes éloignant les prédateurs. La proximité avec les animaux leur procurait aussi toute la chaleur requise en début de saison, ainsi que les matériaux (boue, herbes sèches et crins de cheval) nécessaire à l'édification des nids, et, bien sûr, de nombreux insectes fréquentant les litières et le tas de fumier. A titre de paiement, les oiseaux les débarrassaient des bestioles.
Safa, ma jument, qui n'avait jamais vu d'hirondelles avant ce printemps, a bien compris l'intérêt de la cohabitation, lors des fortes chaleurs et quand les mouches deviennent agaçantes, elle va dans son box et se réfugie dans un coin ou elle est à l'abri.

La reproduction


Fin Mars, début Avril, les hirondelles reviennent de leur migration saisonnière en Afrique. La plupart du temps elles retournent à l’endroit où elles avaient installé leurs nichées les années précédentes. Dès son arrivée sur les lieux, le mâle investit son territoire et inspecte plusieurs anciens nids en chantant pour dissuader les autres mâles d’approcher et de lui prendre son bien. Si aucun nid n'est disponible, le couple, lorsqu'il sera formé, se répartira la tâche pour édifier un nid en une dizaine de jours.
La compétition pour les sites de reproduction augmente, les bâtiments modernes sont beaucoup moins adaptés. Le problème réside souvent dans un ratio très déséquilibré en faveur des mâles, dans certaines populations il peut y avoir seulement une femelle pour quatre mâles!.
Certains mâles seulement auront donc la possibilité de former un couple avec une femelle, et durant toute la période pendant laquelle la femelle peut être fécondée, le partenaire devra monter une garde vigilante pour chasser les célibataires entreprenants. Le nombre de jeunes illégitimes dans une population étudiée par Moller peut atteindre 25 % !

Une femelle s'accouplera préférentiellement avec le partenaire de la saison précédente, et lui restera fidèle si la saison de reproduction fut réussie. Sinon, elle changera de partenaire. Cette préférence est non seulement valable d'une saison à l'autre mais, au cours de la même saison, d'une nichée à l'autre.
Pour trouver sa partenaire, le mâle se livre à une parade nuptiale, il montre son plumage bleu brillant et sa longue queue fourchue, tout en gazouillant pour attirer l’attention. Quand une femelle s’approche, il virevolte autour d’elle de l'entraîne vers les nids. Si celle-ci est conquise, elle choisit un nid, et, telle Super Conchita, elle s’attaque au ménage en redonnant une seconde vie au vieux nid qu’ils vont désormais habiter. Puis elle y installe une couche douillette constituée de crins de cheval, poils de chat, de duvet de poule.

Elle va pondre quatre ou cinq œufs qu’elle couvera quinze jours durant, au chaud contre son ventre (Elle possède une partie dépourvue de plumes, appelée "plaque incubatrice"). Elle s’absente juste quelques minutes toutes les quatre heures pour se nourrir et faire ses besoins. Après l'éclosion, les petits sont nourris par le mâle les cinq premiers jours, la mère reste alors au nid pour leur tenir chaud.
Puis au bout de cinq jours, ils iront tous deux à la chasse. Pour les nourrir, les parents effectuent 200 voyages par jour, pour ramener des boulettes d’insectes et alimenter les petits tour à tour. Un matin, le moment est venu, les parents se perchent près du nid sans les nourrir, et lancent de puissants cris d’alerte. Les oisillons, d'abord le plus hardi de tous, s’élancent successivement hors du nid et battent des ailes pour ne pas tomber. Mais ils ne savent pas encore voler, leurs parents les escortent un par un jusqu’à un perchoir voisin où ils les ravitailleront en insectes. Le soir les jeunes savent voler suffisamment pour regagner le nid pour la nuit.
Puis, les jeunes suivent leurs parents à la chasse, les observent, les imitent et apprennent à effectuer quelques petits vols planés, et à attraper des insectes en vol.
Les jeunes adultes observent alors les lieux, car ils y reviendront au prochain printemps. Les hirondelles se nourrissent d’insectes qu’elles ne trouvent pas en Europe à la période de l’hiver. C’est pour cela qu’à la fin de l’été, ou plus tôt pour les jeunes hirondelles nées des premières nichées, elles migrent vers l’Afrique. Les hirondelles volent en groupes à moins de cent mètres du sol. Bien qu’elles connaissent leur chemin, elles se guident principalement à la position du soleil.
Au bout de 28 jours, les parents ne s’occupent plus de leur progéniture et se préparent pour une seconde nichée, et si le temps est favorable, une troisième. Mais celle-ci ne dépassera pas trois oisillons (les plus malingres seront éjectés du nid)

Les hirondelles sont protégées en Europe, leurs populations ont fortement régressé ces dernières années, jusqu'à -65% pour les hirondelles de fenêtre. Il semble qu'elles souffrent d'un ensemble de conditions défavorables:
- Diminution des insectes et empoisonnement de leur nourriture par les pesticides. On pense aussi qu'elles stockent les pesticides, les métaux lourds et autres polluants, dans leurs graisses, ces produits étant ensuite relargués dans leur organisme lors de l'épuisant voyage de migration vers le sud, affectant fortement les chances de survie de l'oiseau.
- Diminution des lieux, granges, écuries, hangars propices à l'accueil des nids, et restants ouverts en permanence.
- Destruction des nids et des couvées
- Raréfaction des environnements nécessaires: mares, boues, roselières.
Les comptages faits sur certains sites de baguage semblent montrer qu'un adulte sur deux et trois jeunes sur quatre, ne reviennent pas sur leur site d'origine.


_________________
Une hirondelle ne fait pas le printemps Sms_12

Une hirondelle ne fait pas le printemps SiudmakS2
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lecampement.net
Invité
Invité
avatar


Une hirondelle ne fait pas le printemps Empty
MessageSujet: Re: Une hirondelle ne fait pas le printemps   Une hirondelle ne fait pas le printemps Icon_minitimeVen 13 Mai - 22:42

merci charmant chaman
j'ai appris plein de choses avec ton petit texte

j'ai imaginé le male qui fait sa parade nuptiale en pensant à l'homme mais j'ai bloqué sur " la longue queue fourchue " car chez les hommes, elle n'est ni longue ni fourchue

Une hirondelle ne fait pas le printemps Dehor



quand à super conchita, elle existe dans toutes les races que compte la terre Egypt
Revenir en haut Aller en bas
 
Une hirondelle ne fait pas le printemps
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Evnmt] Printemps de l'Imaginaire à Clermont-Ferrand
» Une mouche qui refait le printemps
» Hirondelle
» A l'occasion du printemps des poètes, l'éloge de l'autre
» Fleurs du printemps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Campement :: DIVERS :: ECOLOGIE :: Les Animaux-
Sauter vers: